• vidéo de la soirée de première du cirque MEDRANO

    Partager via Gmail

  • Commentaires

    1
    lemaitre
    Dimanche 6 Août à 15:47

    formidable archive merci 

    2
    Dimanche 6 Août à 16:17

         Après deux tournées sous le patronyme « NOUVEAU Cirque de JEAN RICHARD », la Société « Chapiteaux et Spectacles Jean RICHARD » tire un nécessaire bilan. Il semble certain que pour le grand public, la profusion d’enseignes au nom de célèbre comédien crée une concurrence ente les chapiteaux.

     

             Jean décide alors de faire revivre une ancienne et célèbre enseigne française, le « Cirque MEDRANO ». Le challenge est important car si ce le cirque en dur installé à PARIS est connut dans la capitale, il n’en est pas de même en province. Même si cette enseigne avait déjà voyagé avec une semi-construction de 1932 à 1937, mais également avec un joli chapiteau blanc durant les saisons 1936/1937, le nom était maintenant passé un peu dans l’oubli du grand public.

     

             Après des tractations avec Jérôme et Violette MEDRANO, propriétaires du nom, il est décidé de rebaptiser ce troisième cirque itinérant sous l’enseigne « MEDRANO ». Le matériel roulant est donc mis aux couleurs blanche et rouge, souligné d’un bien joli graphisme, alors que le spectacle sera donné sous un chapiteau de 2500 places. Une grande tournée à travers notre pays est mise sur pied, alors que la direction de l’ensemble est confiée à Alexis GRUSS Sr.

     

             L’inauguration de l’établissement se déroule le vendredi 3 mars 1978 à St-Germain-en-Laye (78), lors d’un grand gala durant lequel sera remis la Légion d’Honneur au célèbre maitre-écuyer Alexis GRUSS Sr. Tout se présente sous les meilleurs auspices, et la tournée prend la route avec un spectacle présentant la troupe Marocaine KASSBAT-SULTAN qui assure des acrobaties au sol, et d’impressionnantes pyramides humaines.

     

             Autre troupe, les MAROSI assurait de belles envolées, projetés par une bascule, alors que Miss PAOLA assurait des contorsions sur son piédestal. Les PICARDS, célèbres acrobates Hongrois, présentaient un très bon numéro d’acrobaties et d’équilibres sur des monocycles. Enfin, les DE-TO avaient mis au point un rare numéro de carrousel aérien, entrainé depuis le sol.

     

             La coupole du chapiteau permettait l’accrochage de l’important matériel de trapèze volant de la troupe d’Enzo CARDONA, alors que Christiane GRUSS se suspend sur sa corde lisse. Chez Jean RICHARD, la présence d’animaux ont le sait, est primordiale à un bon spectacle de cirque. Catharina MICHON y présentait un numéro de pigeons, étant la seule artiste n’appartenant pas à la famille GRUSS. En effet, les autres prestations étaient données par les membres de cette célèbre dynastie Française.

     

             Le grand maitre Alexis GRUSS Sr. dirigeait donc avec la grande maitrise qu’on lui connaissait, son imposante cavalerie, alors que son fils Lucien s’occupait les trois éléphants indiens de la maison, tout en montant en haute-école son fier cheval. Quand à Yann GRUSS, jeune fils d’Arlette, il assurait une très bonne entrée de cage avec un groupe de 5 lionnes.

     

             Pas de spectacle sans rire, et là-encore une très bonne troupe était présente avec le trio Italien BRIZZIO, pour une hilarante entrée de la peinture. L’auguste ALFREDO assurait lui des reprises comiques entre certains numéros.

     

             On le voit, tout semblait partit pour connaitre le succès dans les différentes villes programmées. Malheureusement, cette année 1978, on le sait, ne sera pas favorable au cirque Français Les affaires vont mal, le public se raréfie, et bientôt la société d’exploitation de Jean est sévèrement touchée. En juin, le dépôt de bilan était irrémédiable, les chapiteaux s’arrêtaient quelques semaines, et lors de la restructuration le chapiteau « MEDRANO » est sacrifié, ou plutôt l’enseigne puisqu’une partie du personnel, du matériel et du spectacle, repartait sur les routes avec le « Cirque Jean RICHARD ».

     

             L’enseigne « MEDRANO » quittait donc une nouvelle fois le voyage, les héritiers du nom se disant que cette fois ont ne les reprendrait plus au jeu. Il faudra alors attendre l’automne 1987 pour redécouvrir le nom au fronton d’un cirque. Cette fois, pas de chapiteau, mais un spectacle donné dans des théâtres ou autres salles polyvalentes, une procédure peu commune dans notre pays.

     

             Mais cela est une autre histoire, bien qu’elle peut être liée à Jean, puisque le nouveau directeur de cette aventure était un ancien adolescent de notre « génération Jean RICHARD », Mr Raoul GIBAULT, un jeune passionné de cirque qui n’hésitait pas à l’époque à réalise son rêve, monter un cirque.

     

     

     

    -Michel CAPRONNIER-

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :